Zingaro

Je me suis rendu au Théâtre équestre Zingaro à Aubervilliers, sous le chapiteau imaginé par Bartabas, pour assister à une joyeuse célébration de la funèbre Fête des morts mexicaine.

Au rythme endiablé des tambours des chinchineros, répondent des orgues de Barbarie, pendant que les chevaux paradent sur la piste centrale, ou tournoient sur la piste circulaire. Mêlant de superbes démonstrations de dressage aux arts du cirque, les chevaux et les squelettes tournent avec élégance et bouffonnerie la mort en dérision. La qualité de la représentation est appuyée par des décors splendides : les crânes dentelés et autres chars virevoltants ne font que renforcer la grâce de ces chevaux…

© Le Figaro

Bartabas rend un hommage fougueux et poétique à la culture populaire mexicaine, et si le spectacle Calacas est prolongé jusqu’au 11 mars 2012, ce n’est pas un hasard !

Depuis plus de 25 ans, le théâtre équestre Zingaro se renouvelle remarquablement à chaque spectacle, et c’est notamment à travers les arts du cirque que Calacas se distingue aujourd’hui.

Je voudrais saluer le dynamisme croissant de cette discipline, qui s’incarne aussi bien à travers les 25 ans d’activité du Centre national des arts du cirque, l’Académie Fratellini, le succès de la filière des Arts du Cirque Contemporain à l’Ecole nationale des Arts du cirque de Rosny-sous-Bois, l’implantation réussie du « Cirque en chantier » de Madona Bouglione sur l’Ile Seguin, ou encore l’accueil de nombreuses compagnies de talent sur le territoire du Grand Paris…

Publicités