L’exemplarité de la Cité internationale universitaire de Paris

© lemonde.fr

Je voudrais attirer l’attention sur la Cité internationale du 17 boulevard Jourdan.

Son théâtre fait salle comble ces jours-ci avec Jamie Adkins et son spectacle « Circus incognitus« . Une pure merveille, toute en finesse, poésie et efficacité.

C’est une occasion en or pour rappeler l’importance de cette Cité dans la dynamique culturelle du Grand Paris. Ce campus très original, créé en 1920, boulevard Jourdan dans le 14e arrondissement, poursuivait plusieurs objectifs, rappelés dans ses statuts: « favoriser les échanges entre étudiants de toutes nationalités », mais également « accueillir les chercheurs, professeurs, artistes et techniciens confirmés pour des missions temporaires » et « fournir un support matériel à l’organisation de congrès, colloques, séminaires et réunion à caractère international ».

L’objet de la Cité est donc d’ordre culturel.

Son mode de financement original doit également être rappelé. Les trente-sept pavillons qui la constituent ont en effet été financés par des États étrangers, par des mécènes ou par des écoles. Pour la première fois, la région Ile-de-France va accéder à la Cité internationale, en finançant un pavillon dont l’architecture est spectaculaire et qui sera à énergie positive. Il accueillera près de cent cinquante étudiants et chercheurs. Ce pavillon donnera le signal d’un vaste programme de nouvelles constructions grâce au déblocage des contraintes financières qui pesaient depuis cinquante ans sur le site.

La valeur d’exemplarité de la Cité internationale pourrait dans ce sens être exploitée, au profit d’une Cité internationale d’artistes…

Publicités