« Masqué : Bienvenue à Paris Métropole », le Grand Paris de la BD

Dans un monde futuriste et chaotique, le sergent Frank Braffort revient à Paris après six ans de mission dans le Caucase.

La capitale française est alors devenue Paris Métropole, ensemble de districts, où Parisville, La Défense, Saint-Denis constituent des « arrondissements » au sein d’une métropole aux limites indéfinies.

Sous les ordres de Beauregard, Préfet de Paris Métropole, Paris est bouleversé. « Son influence sur l’architecture, la mode, le design, la production culturelle et les comportements sociaux est écrasante. Son obsession du gigantisme et son goût pour le rétrofuturisme ont modifié l’âme de la capitale». Mais une contestation semble poindre, notamment à travers la figure de Michèle Caprice, maire de Parisville, premier district de la capitale, correspondant au Paris intra-muros actuel.

Dans ce contexte, des anomalies, « êtres-machines qui s’auto-assemblent et évoluent », surgissent spontanément dans Paris. Tout se passe alors, comme si au-delà d’un certain seuil, les villes se mettaient à créer des choses, comme si la ville pensait à travers ses habitants et se trouvait personnifiée…

Serge Lehman, scénariste, et Stéphane Créty, dessinateur, proposent avec « Masqué », une vision noire et presque apocalyptique d’un Paris tentaculaire. Ici, le projet de Grand Paris nourrit le « délire » prospectif des auteurs, autant que la bande dessinée, par ce souffle nouveau, revitalise le Grand Paris de la culture…

Publicités