Rencontre avec…Kader Attia

© moreeuw.com

C’est avec un grand intérêt que j’ai reçu l’artiste franco-algérien Kader Attia.

Présenté depuis plusieurs années lors de manifestations majeures de l’art contemporain (Venise, Bâle, FIAC, biennale de Lyon), Kader Attia est un observateur actif et attentif du Grand Paris. Bien que résidant à Berlin, il est né en Seine-Saint-Denis, a travaillé dans le Val-d’Oise, expose à Paris, ce qui lui a toujours permis de porter un regard vif et alerte à l’égard de la métropole parisienne.

Faisant de la diversité culturelle et des relations existant entre les différentes communautés, un de ses thèmes de prédilection, Kader Attia ne peut s’empêcher d’envisager le Grand Paris sous cet angle. L’accueil des artistes étrangers s’impose alors comme le fil conducteur de notre entretien ; l’artiste évoquant le cosmopolitisme de la capitale française, l’incroyable diversité– notamment au-delà du périphérique – dont nous disposons, qui constitue une réserve encore méconnue de talents.

Kader Attia a par ailleurs insisté sur le rôle prédominant des « personnalités » dans le monde de la culture. Qu’elles soient à l’origine d’une manifestation, instigatrices d’un évènement, ou à la tête d’un lieu culturel, le succès dépend souvent du volontarisme d’une personne ou d’une équipe.

Enfin, l’artiste a évoqué la question de la vie nocturne à Paris et en Ile-de-France, qui est selon lui, un facteur d’attractivité et de vitalité culturelle, et qui continue de faire défaut aujourd’hui à la capitale française.

Autant d’idées qui rejoignent celles déjà soulevées lors de la rédaction du rapport, c’est pourquoi je compte sur Kader Attia, et sur les artistes en général, pour nourrir notre réflexion et construire ensemble le Grand Paris de la culture…

Publicités