L’architecture française primée à Taïwan

L’architecte suisse Philippe Rahm a remporté, avec la paysagiste française Catherine Mosbach et l’architecte taïwanais Ricky Liu, un concours international pour un parc urbain à Taichung, ville de 2,6 millions d’habitants au centre de l’île de Taïwan. Diplômé de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, Philippe Rahm travaille entre son cabinet d’architecture basé à Paris, et l’Université de Princeton aux Etats-Unis où il est professeur invité.

Dans un pays au climat tropical, principalement chaud et pluvieux, où la population est habituée à l’air conditionné, le jury international a choisi de privilégier ce dossier axé sur les thèmes du changement climatique et du retour à la nature. En effet, via les technologies les plus modernes, Philippe Rahm et Catherine Mosbach proposent de contrôler la température, l’humidité et la pollution sur les 67 hectares de ce parc implanté en plein centre ville. En traçant différents parcours bordés d’arbres et de plantes dépolluantes, de brumisateurs, de puits géothermiques, de filtres, de dispositifs anti-moustiques, les concepteurs proposent une véritable « architecture météorologique », selon les propres termes de Philippe Rahm.

Ce projet s’inscrit par ailleurs dans un plus vaste plan comprenant un centre culturel, une tour et une cité du cinéma ; et renvoie singulièrement à la pensée architecturale de l’architecte suisse, qui implique de préserver le bien être des usagers, la qualité d’espace (le visible) et la qualité d’ambiance (l’invisible)…

Je connais Philippe Rahm. Il est l’un des analystes les plus compétents de l’architecture contemporaine. Je suis heureux qu’il ait gagné ce concours important, et qu’un acteur du Grand Paris culturel soit ainsi distingué à l’étranger.

Publicités