Salon de la Nouvelle Ville et 16ème édition des assises de l’AMIF

A l’occasion du salon de la Nouvelle Ville, la 16ème édition des assises de l’AMIF (Association des Maires d’Ile-de-France) s’est tenue du 3 au 5 avril au Parc Floral de Paris.

Lors de ce salon qui réunit les collectivités d’Ile-de-France ainsi que leurs partenaires, plusieurs problématiques ont été soulevées relatives au Grand Paris.

Un élu des Hauts-de-Seine a ainsi déclaré: « il faut donner une identité et une légitimité au Grand Paris par le suffrage universel ». Il a tenu à insister sur « l’enjeu essentiel de la gouvernance du Grand Paris » en soulignant « souvent le retard pris par l’agglomération parisienne sur le Grand Lyon ou le Grand Lille. Après les échéances politiques, il y a la recherche de consensus, notamment sur la question métropolitaine. Un référendum peut être une première étape pour le lancement d’une gouvernance métropolitaine, à l’instar du Grand Londres, avec des représentants élus au suffrage universel direct ».

Par ailleurs, dans le cadre de la conférence portant sur le Grand Paris numérique, les intervenants ont insisté sur le nécessaire développement du très haut débit à travers le réseau de fibre optique en Ile-de-France,  qui constitue un facteur d’attractivité non négligeable pour nos territoires, ainsi que la possibilité de développer de nouveaux services et de nouveaux usages…

Enfin, une table ronde portant sur le thème « Grand Paris : Quelle place pour la gare dans la ville de demain ? », et réunissant Bertrand Lemoine, Directeur Général de l’Atelier International du Grand Paris, ainsi que les principaux acteurs de la construction du futur réseau Grand Paris Express, a mis en lumière certaines difficultés. En effet, 33 des nouvelles gares du futur réseau seront en interconnexion avec des lignes des réseaux RATP et SNCF et nécessiteront des projets complexes de restructuration des gares et des voies existantes.

Publicités